Paroles en Or: « Ô Barham, l’infranchissable minaret Jusqu’à quand seras-tu méconnu ? » par EL HADJI ABDOULAYE FAM

0 54

LE TARBIYA (l’éducation religieuse)
En ce jour mon âme fredonne,
Et souffle dans mon trône,
La chaleur m’habite dans mon cœur
Avec une sensation de peur,
Je crie au secours sans entendre
De sons dans mon âme si tendre.
Je suis là et je souffre,
Je maigris et me noie dans un gouffre,
La lumière de l’Éternel me ronge,
Et me tue tandis que je vis et bouge,
Mon cœur palpite et bat plus fort
Je sombre dans l’oubli, respire en étant mort,
Des lettres me viennent dans ma mémoire
La Ilaha Ilalah , qui efface, tout en noir.
Je crie au secours dans mon intérieur
Pour savoir que je suis supérieur,
Dieu dans Son unicité me fait apparence,
Devient ma bouche et reste à ma place
Je sens l’étoile divine et le monde qui me quitte,
Je monte et descend, il me tue et me ressuscite.
El Hadji Abdoulaye fam
Ma plume une lumière

0%
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.