CHEIKH AHMED TIDIANE CHERIF LE SCEAU DE LA SAINTETÉ MOHAMEDIENNE (PARTIE 1)

0 94

Voici, retracée, une infime partie de la vie de Seidina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) 

En effet en 1737/38 (1 1 50 de l’hégire) vint au monde Seïdina Cheikh Ahmed Ibn Mohammed Ibn Mokhtar Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) dans ne petite ville du désert algérien, ‘Ain Madhi. Il fut le fils du très pieux et savant Sidi Mohammed Ibn El Mokhtar Tidjani (qu’Allah l’agrée) et de la pure et honorable ‘Aïcha (qu’Allah l’agrée).

Ils furent eux-mêmes d’une ascendance comptant de nombreux savants et saints accomplis. On peut citer à titre d’exemple son aïeul au 4ème degré que possédait dans sa demeure une pièce lui servant de lieu de retraite spirituelle. Il y était constamment enfermé et personne voyant son visage ne pourraient plus cesser de le contempler ne serait-ce l’instant d’un clin d’œil sous peine d’en mourir, ce qui l’obligea à agir ainsi durant 23 ans.

Seidina Ahmed Tldjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) était d’ascendance Chérifienne, c’est-à-dire que sa généalogie remontait jusqu’au Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), par Seidina Ali et Fatima (qu’Allah les agrée) via leur fils Hassan (qu’Allah l’agrée), mais il ne le certifia qu’après avoir posé la question au Prophète lui-même (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) lors d’une vision à l’état de veille Il lui répondit par trois fois : « Réellement tu es mon fils puis il ajouta : « Ton ascendance par Hassan fils de ‘Ali est authentique » Ainsi, c’est dans cet environnement de foi, de science et de sainteté que naquit et grandit Seidina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret). Sa famille était très attachée au Coran et à la sunna, son père appelait et exhortait les gens au bien incitant les uns ? l’application de la sunna, combattant toute innovation sans craindre, pour Allah, le tort de quiconque, il fut aimé et respecté.

Il arrivait à son père de recevoir la visite d’êtres spirituels (rouhaniyêt) venant lui proposer de répondre à ses besoins, il s’éloignait et leur disait : « Laissez- moi entre moi et Allah, je ne désire aucune attache autre que celle d’Allah .Les gens venaient chez lui dans le seul but de se rappeler d’Allah. L’éducation du saint enfant fut confiée à l’illustre et prestigieux Mohamed Ibn Hamou rappeler à Allah. Mohamed Ibn Hamou Tidjani (m. 1162 H) sous la conduite duquel il mémorisa le texte Coranique en entier, et ce, à l’âge de sept(7) ans.

Il apprit ensuite le droit musulman (flqh) selon l’école de l’Imam Malek (qu’Allah l’agrée) et étudia les différents traités de jurisprudence auprès du Connaissant d’Allah, le savant Sidi Mabrouk ibn Bou’afiya Madaoui Tidjani (qu’Allah l’agrée). Encore très jeune, SeÎdina Ahmed Tidjani (qu’Allah sanctifie son précieux secret) se fit remarquer pour son intelligence et sa piété, ainsi que ses vertus et sa modestie. Il était assidu dans ses études et possédait une volonté surprenante, tout ce qu’il commençait, il le finissait et tout ce qu’il entamait, il le complétait.

Un jour de son enfance, en sortant de ses cours, il vit une lumière immense devant lui qui montait jusqu’au ciel, puis le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) apparut et ‘encouragea en ces termes : « Continue, car tu es dans la vérité . Suite à cela il partit se réfugier dans la maison de sa tante, qui se trouve à côté de ce lieu, elle le couvrit et le réconforta tout en lui préparant du pain. Il arrivait souvent à ce jeune enfant de voir en rêve le tracé de son destin.

A suivre….

0%
  • Criteria 0%
  • Criteria 0%
  • Criteria 0%
  • Criteria 0%
  • Criteria 0%
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.