Actu: Le 26 juin 2022 s’est tenue, la ziarra annuelle de Séigne Mamoune Niass.

0 184

Arabisant dans la politique, homme de relations, Serigne Mamoune Niass, fils de Cheikh Ibrahima Niass était surtout connu pour sa générosité.

Il était un guide qui a beaucoup œuvré dans le social.

Cheikh Mouhamadou Mamoune Niass, surnommé « Serigne Mamoune », est le fils de l’illustre guide religieux, Cheikh Ibrahima Niass dit Baye Niass (RTA). Il est né le samedi 17 Juin 1944 à l’hôpital régional de Kaolack qui porte actuellement le nom de son père El Hadji Ibrahima Niass.

Sa mère Seyda Fatou Diagne surnommé « Ya Fat Diagne » était la deuxième épouse de Cheikh Ibrahima Niasse. Une femme aux qualités vertueuses, discrète et d’une piété exemplaire. Mais malheureusement, Serigne Mamoune la perdra très tôt, créant ainsi un grand vide émotionnel durant son enfance. Il dira plus tard avec un ton morose : « Je n’ai pas connu ma mère… ».

Cependant, cette perte prématurée n’affectera pas tellement l’éducation du jeune garçon qui était, dès lors, sous la responsabilité de sa sœur ainée Seyda Khady Fati Niass dite Yaye qui va finalement combler le vide en assurant l’éducation de son jeune frère qui la considérait comme une mère.

A l’âge de 7 ans, son père l’envoie en Mauritanie pour apprendre le Saint Coran. Après 2 ans passés en pays maure, le jeune Mamoune retournera finalement dans son Sénégal natal où il parachèvera l’apprentissage du Coran qu’il mémorise à l’âge de 10 ans. Il apprit les rudiments de la science islamique entre les mains de son père, avant de partir au Caire compléter sa formation. On raconte que Cheikh Ibrahima Niasse disait à ses fils : « Je peux vous apprendre tout ce que vous devez savoir sur l’Islam, mais vous devez partir à l’étranger acquérir des diplômes pour être en phase avec votre époque ».

Nous reviendrons plus en détails sur son parcours dans notre rubrique Étoile divine de la fayda…

Laisser un commentaire