Citation de Cheikh Ibrahima Niasse dans kasful-albas (la levée des équivoques )

0 34

Un grand Connaissant d’Allah, notre maître Obeïdata ben Mouhammad Saghîr, auteur du livre Mîzânou-R-rahmati, en éloges à Cheikh Ahmad Ti-jâni (ra) a dit :
« Il a éduqué ses disciples en dehors de la retraite spirituelle. » Seydi-l-’Arabî ben Sâ-ih
(ra) a dit : « Notre conception que l’éducation spirituelle dans la voie ne comporte pas de retraite spirituelle, d’isolement ou de privations te conforte à l’idée que la Tarbiya dans la voie Tijâne suit la bonne méthode traditionnelle de louanges à Dieu ainsi que d’élévation du cœur, ce qui la différencie de l’éducation spirituelle d’antan qui prônait la meurtrissure du corps et de l’esprit ;
car la marche initiale se pratique avec le cœur, tandis que la seconde est celle du corps. Or, la fin de l’initiation est l’accession à la connaissance de Dieu qui elle, signifie la marche du cœur dans tout ce qui le purifie ;
le préserve de la perdition et le place dans le cadre de la loi révélée, ainsi que de la tradition immaculée, mais non pas par la torture de l’âme et sa domination par la privation de nourriture et d’habillement, voire par la peine physique, avec pour but la perfection du cœur vers Dieu le très haut. Ils s’aidaient de ces privations en vue de sanctifier le cœur et de le purifier vers l’accession à la proximité d’Allah

0%
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.