CHEIKH IMAM ASSANE CISSE : Une vie au service de l’islam ( Par le poète de la Fayda)

0 84

L’ordre divin décrété dans le monde céleste

Notre imam arriva au monde sur tapis rouge

Ce premier petit fils de Baye à la vie chaste

Bénie soit cette terre sacrée de Médine qui bouge

Ou les grains de sable couvent ton corps de saint

Un quatre décembre 1945 à Kaolack avec des séraphins

Noble cri d’enfant béni Il ouvre les yeux tout doucement,

Meilleurs Encens allumés des mains sur lui réchauffant

Tapis verts dressés il est né on ne sait quand

Rideaux tires tout est fini maintenant

Serigne Aliou Cissé T’a accueilli bras ouvert

Toi aube dorée, terre fertile pour être un gardien

De secrets et de grâces de l’étendard vert

O Assane aux actions sacrées qui m’arrivent aux oreilles

Ta lumière essaime brillante…au quotidien

Qui chauffent les cœurs tel un ardent soleil

Je Te chante en ces vers si doux et denses

Toi que personne n’ignore son existence

De Ton Saloum Natal au Caire, aux Etats-Unis

En passant par Londres, cette cité des forts

De Ain Shams en Egypte avec Ta licence munie

En études islamiques Ta Maitrise en philo à Oxford

Tu as prêché la bonne parole, armé de persévérance…

L’homme ira à l’assaut des épreuves et des obstructions

Qui jalonnent le chemin tumultueux de la perception.

Imam ASSANE CISSE a ratissé la voie de sa constance

J’aurai aimé avoir la plus belle voix de l’univers

La plume aiguisée des plumes parmi celles en mission

Pour Te témoigner en mélodie mon affection

Ne trouvant aucune voix digne de Te chanter Maitre

Je me limite à cette plume pour Te dire combien

Avec mon sang pour encre, moi cet historien

Tu es important à mes yeux et Te signifier Ta place

Que Tu occupes dans mon cœur, O Toi mon extase

De Ta terre Médina Atlanta git ta noblesse vers les cieux

Et j’entends le sifflement de la voie des hommes de Dieu

A l’orée de la science est bâti l’institut afro- américain

La radio al Fayda sous le regard des élites saints

Ton nom résiste à l’usure du temps, cet effaceur de traces

Visage illuminé par la force des Zikrs Tu parles en message…

Il rendit l’âme le treize aout deux milles huit.

Et il dort du sommeil des justes.

Il ne suffit pas d’avoir un don ni des prédispositions

Pour chanter Assane Cissé dans l’océan des satisfactions

Il faut un plus, veuillez admirer ! Admirer

Qu’il est le seul à pouvoir procurer

Son index purifie l’âme, sa paume soulage le cœur

O illustre fils de Fatoumata Zahra, notre secours

La pure sainteté qui a convaincu même les plus sceptiques

La clé qui a ouvert le coffre-fort des gnostiques

Que tous musulmans espéraient voir le contenu aux infinis remède

Tu es fidèle en amitié O guide des démunis et des savants, O guide

Demain à l’heure des comptes, Ton illustre grand père

Vêtu du manteau de l’intercession tel un seigneur

Sera le seul à être écouté et à plaider la cause chère

Tu seras à ces cotes, dévoué et silencieux. Gloire au seigneur

0 soleil aux rayons dosés qui illumine nos êtres

Illustre en fine pensée je m’honore en Te chantant en vers…

EL HADJI ABDOULAYE FAM

MA PLUME UNE LUMIERE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.